Triana Segovia
Liban

Charlie Prince

Cosmic A*

  • Vendredi 19 juin 2020  • 19h
  • Samedi 20 juin 2020  • 18h

    Nouveau théâtre de Montreuil CDN - salle Jean-Pierre Vernant

solo et un musicien live • 40 minutes

Création

 

 

ENGLISH

Cosmic A* is solo work that observes the body as an archaeological space, and engages this body in rituals of excavation, revealing new and unbound mythologies, allowing for a limitless agency of self-representation and ​(un)rootedness. It is a somatic unfurling, a giving back to and ascending of the body to new territories of itself, of centaurs and futurism within; beyond ongoing, euro-centric and hegemonic narratives.

 

À l'automne 2019, Charlie Prince se précipite au Liban, son pays en révolution. « Un immense mouvement de guérison collective nous faisait traverser toutes les lignes de séparation sectaires héritées de la guerre civile. Jamais je n'avais éprouvé cette autorisation à m'exprimer pleinement par moi-même, affranchi des assignations » raconte le jeune homme. La préparation de son solo était déjà bien engagée. Il ne doit pas être perçu comme illustratif de cette révolution. Mais il y a gagné un titre : Cosmic A*.

Dans la notion cosmique, pointe un principe généralisé de lien de tous à tout, et au temps. L'astérisque renverrait à toutes autres précisions encore à fouiller, comme en note. Libre à chacun de déceler quelque chose d'arabe dans la lettre A. Ainsi, Charlie Prince conduit une lecture de son propre corps politique, convaincu de se réinventer en homme arabe contemporain universel, défait des aliénations post-coloniales. Lesquelles s'intériorisent dans l'ombre portée du regard occidental, avide d'exotisme orientaliste. Ce nouveau corps rejette la superficialité des images, se déconstruit, se fouille et se reconfigure, au bord de la contorsion. Il s'aborde en continuum de fluides intérieurs.

Il s'y élabore des fictions de soi, comme en quête de puissance des mythes. Le nouveau courant du Futurisme arabe imprègne cela. Dans les parages de l'Anticipation, un grand pas de côté esthétique vise à échapper aux catégories victimaires héritées, comme à l'enfermement rhétorique des revanches. Curieusement à cet égard, on reconnaîtra une tonalité orientale traditionnelle à la musique de Joss Turnbull, grand maître du genre. Oui mais selon des accents électroniques et dissonances, par lesquels l'attente conventionnelle veut se laisser dérouter avant toute chose.

 

Chorégraphie​ et Performance : Charlie Prince
Percussions et Electroniques :  Joss Turnbull
Voix Enregistrée: Mouneer Saeed
Dramaturge: Erin Hill
Lumières: Manon Bongeot


Coproductions : Rencontres Chorégraphiques Internationale Seine-Saint-Denis, VIADANSE Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort (France), Charleroi Danses (Belgique), Omar Rajeh - Maqamat (Liban)

Soutiens: TanzHeilbronn (Allemagne), Boghossian Foundation (Belgique), Shawbrooke Dance (Ireland)

En partenariat avec l'Institut du monde arabe