alice brazzit
Italie

Chiara Bersani

Seeking Unicorns

  • Mardi 26 mai 2020  • 20h
  • Mercredi 27 mai 2020  • 20h

    La Dynamo de Banlieues Bleues

solo • 40 minutes

Première en France

 

 

ENGLISH

Unicorn origins are unknown. Their roots have been lost by one distracted generation of humans after another. The Unicorn, a creature without homeland or history, has been used and abused by human beings and deprived of its right to speak. Chiara Bersani wants to redress their grievances and give them a love, a story, and a choice through an idea of a political body, a body that responds to its social function at the very moment in which it chooses to immerse itself in society and demands to be seen.

 

Des centaures, des sirènes, des gorgones et des cyclopes : la mythologie regorge d’animaux fantastiques. Leurs figures sont ainsi enchâssées dans la richesse des récits qui les portent. Puis il y a les licornes. Les licornes se promènent toutes seules, sans rien qui les rattache aux grands récits mythologiques, remarque Chiara Bersani. Manquant de référent structurel, esseulées et incomprises, leurs origines se perdent dans un entrelacs d'hypothèses faibles, laissées sans suite.

 

On pourrait ne voir que conte pour enfants, dans le projet de Seeking Unicorns : redonner à la licorne toute sa fière clarté, lui accorder l'écoute et l'amour dont elle a besoin, nous annonce Chiara Bersani. Mais lorsque celle-ci se met à arpenter le plateau, avec mille précautions, tout près des spectateurs, lentement, à quatre pattes, on saisit la portée politique de son geste, par-delà le merveilleux.

 

À travers son corps limité sous les effets d'une maladie, en plongeant dans son immense regard d'introspection intense, en appréciant la beauté expressive de ses traits, en soupesant son geste attentif, on la perçoit en train d'ébranler le monde. Seeking Unicorns est un solo.

Or Chiara Bersani souligne sa différence avec ses projets antérieurs. Même à n'engager que sa seule personne – mais aussi toute une troupe dont on ne révélera pas ici la splendide intervention, très particulière – la performeuse effectue un pas de côté, qui ne soit pas qu’auto-fictionnel.

« Vous n'êtes pas en train de m'interpréter en solitaire, je vais vous indiquer la manière de me comprendre. Je prends la responsabilité de dessiner l'image que le monde aura de moi-même » dit-elle. Cela en désignant comme « un manifeste » cette détermination à transformer son corps en l'offrant aux regards.

Conception, interprétation : Chiara Bersani
Création sonore : F. De Isabella
Création lumières : Valeria Foti
Conseil en dramaturgie : Luca Poncetta, Gaia Clotilde Chernetih
Coach du mouvement : Marta Ciappina
Conseil artistique : Marco D’Agostin
Costumes : Elisa Orlandini
Production : Eleonora Cavallo
Promotion and diffusion: Giulia Traversi
Régie : Paolo Tizianel
 


Coproductions : Santarcangelo Festival, CSC – Centro per la Scena Contemporanea (Italie)
Résidences : ResiDance XL, Rete Anticorpi XL, Network Giovane Danza D’autore, L’arboreto, Teatro Dimora di Mondaino (Italie)
Soutiens : Centrale FIES, Graner, Carrozzerie | N.o.T., CapoTrave/Kilowatt (Italie)

Avec le soutien de l’Institut Culturel Italien de Paris