Guillaume Marie
France/Allemagne

Guillaume Marie, Igor Dobricic, Roger Sala Reyner

ROGER

  • Samedi 15 juin 2019  • 20h 30
  • Dimanche 16 juin 2019  • 19h

    La Commune

solo • 60 min • création

ENGLISH

In ROGER, we are exploring consolation as a public gesture of solidarity toward the suffering of the other. The artistic objective of the solo is to resurrect an ancient allegory of an inconsolable subject in order to inspire affection in the spectator. By reclaiming the suffering figure - marked by the loss of community, dignity and hope - away from reactionary politics and religion back to the socially progressive, artistic sphere.

 

 

Dans le solo ROGER, l'interprète est déjà en salle quand les spectateurs l'y rejoignent. Pas forcément à l'endroit attendu. Mais là où pourra s'entretenir la plus grande proximité. Là où s'échangeront des regards soutenus avec intensité. Là où pourra se nouer une alchimie du plus intime et du fait public. Cet interprète est Roger Sala Reyner, qu'on retrouve ainsi en titre, pour signe d'un engagement tout à fait singulier.

 

Il est danseur, mais aussi mime, clown et comédien. De cet explorateur du corps, le geste est pétri de toutes les densités, distillées en allégorie. Cela joue à l'inverse d'un quelconque plaquage en force d'une image qui chercherait à impressionner. Dans ROGER, ce performer, avec le chorégraphe Guillaume Marie, le dramaturge Igor Dobricic, creuse un lieu vivant, unique, de partage possible d'une consolation. Notre époque l'appellerait, au-delà de ses douleurs endurées. Mais en arts contemporains, pareille notion a été bannie, jugée conservatrice et périmée, là où seules vaudraient des valeurs de protestation, de séparation.

 

Sans craindre l'imprégnation d'un effluve romantique et au terme d'une riche visitation des Consolations du patrimoine pictural, ROGER s'attelle à la production de nouveaux rituels contemporains, aptes à restaurer des puissances, réveiller des solidarités, permettre des reconnaissances. Un frisson ancien ouvre des jours nouveaux. Rien de réactionnaire en fait, dans le retour au terrain du sensible, du vulnérable assumé, par où éprouver l'inquiétante étrangeté de transports véritables, par-delà l'encoignure de l'accablement et du repli meurtri.

 

Conception, mise en scène et chorégraphie : Guillaume Marie

Conception et dramaturgie : Igor Dobricic

En collaboration avec et interprété par : Roger Sala Reyner

Lumières : Marcel Weber/MFO

Musique : KK Null (Drops of Variable Lights, from Ghostscapes, Ultimate Material III Part 2,
from Ultimate Material III), Fis (Heart Wash, From Patterns To Details)

Aide au costume : Cédrick Debeuf

 

Production : Tazcorp/

Coproduction : Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis (France), Etape Danse - Fabrik Potsdam (Allemagne), La Maison CDCN Uzès Gard Occitanie (France), Théâtre de Nîmes et l’Institut français à Berlin, Tanzfabrik (Allemagne)

Studios : Tanzfabrik - Uferstudio (Allemagne), Emmetrop (France), Fabrik Potsdam (Allemagne)

TAZCORP/ bénéficie de l'aide au projet 2018 de la DRAC Île-de-France.

Soutiens :
Théâtre de Vanves, Emmetrop (France), Institut français à Berlin (Allemagne).