Gregory Batardon
Suisse

József Trefeli & Gábor Varga

Creature

  • Jeudi 7 juin 2018  • 20h
  • Vendredi 8 juin 2018  • 20h

    Théâtre du Garde-Chasse

duo • 35 min

ENGLISH

Gábor Varga and József Trefeli have an acute ability to analyse and reinvent traditional dance. The starting point for Creature are the accessories used in dances including sticks, whips, mask and costumes. The process is to de-construct and recycle the traditional dances and accessories to make it relevant to the audience of today. There is something wonderful about taking something that has already been used, ready to be thrown away, de-constructing and reconstructing it to serve a new purpose. It is not about fixing it, but making it function in a new context, giving it a different life. In their choreographic process, Gábor Varga and József Trefeli commandeer the folklore to produce their own “fakelore” thus inventing an updated Creature.

 

Gábor Varga, né en Ukraine, et József Trefeli, en Australie, sont tous les deux d’origine hongroise. C’est fort de ce point commun et de leur connaissance des danses traditionnelles qui les ont bercés depuis l’enfance qu’ils ont travaillé.
En nommant leur pièce du nom qui désigne un individu crée par Dieu mais sous-entend aussi un être hors norme, les deux chorégraphes-danseurs placent Creature à la fois sous le signe de l’origine et de l’exotisme, du mystère. Ils convoquent donc les ingrédients du folklore - mise en place de rituels, danse exprimant une puissance archaïque, pieds frappant le sol, accessoires, masques et costumes évoquant les rituels païens et donnant aux deux interprètes des allures de totems colorés et dansant - mais ils les déplacent. Le bâton et le fouet très présents dans le vocabulaire de la danse traditionnelle, sont ici manipulés, posés, reposés, et explorés pour leur résonance spatiale et leur consonances rythmiques plus que comme des symboles de force et de virilité. Ce faisant, ils donnent à leurs jeux martiaux et leur marche impérieuse une dimension un peu absurde et farcesque : leur danse est bien héritée des temps passés, mais filtrée par le prisme du contemporain. Inspirée de l’art du recyclage, puisant à différentes sources, revisitant l’histoire de leur propre folklore mais le mêlant celui d’autres pays pour en extraire l’essence et le dénominateur commun, ils évoluent au centre du public, comme dans les compétitions de hip-hop, et finissent par prendre à témoin les spectateurs de leur étrange cérémonial. József Trefeli et Gábor Varga se livrent ainsi à un éloge joyeux, plein de puissance et d’énergie, de toutes les appropriations et de toutes les métamorphoses.

Idée originale, chorégraphie : József Trefeli, Gábor Varga
Interprètes : József Trefeli, Gábor Varga
Interprète en alternance: Gyula Cserepes
Musique : Frédérique Jarabo
Fabrication des masques : Christophe Kiss
Costumes : Kata Tóth
Spécialiste en danses traditionnelles hongroises : Kristóf Fundák

Soutiens : Département de la Culture de la Ville de Genève, Loterie Romande, Pro Helvetia - Swiss arts council, Commune de Lancy, Schweizerische Interpretengenossenschaft SIG, Migros Pour-cent Culturel, Corodis, République et Canton de Genève
Coproductions et résidences : ADC / association pour la danse contemporaine, ADC Studios (Suisse), CN D – centre national de la danse (France), Arsenic – centre d’art scénique contemporain (Suisse), Kaserne Basel (Suisse), Centre Chorégraphique National - Ballet de Lorraine (France), Migrations (Royaume-Uni)
Résidences : la Briqueterie - centre de développement chorégraphique du Val de Marne (France), Tanzhaus Zurich (Suisse)
Autres partenaires : MEG Musée d’Ethnographie de Genève (Suisse), Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape (France),  Label Bobine (Suisse), Institut Balassi / Institut hongrois - Collegium Hungaricum (France)

Une coproduction dans le cadre du Fonds des Programmateurs de Reso - Réseau Danse Suisse
Avec le soutien de Pro Helvetia, Ernst Göhner Stiftung.

Avec le soutien du Fonds culturel de la Société Suisse des Auteurs (SSA) et de Pro Helvetia.

Creature a remporté le Prix Suisse de la Danse 2017, en catégorie « Danse Actuelle ».