Jule Flierl
Allemagne

Jule Flierl

Störlaut

  • Mardi 29 mai 2018  • 19h 30
  • Mercredi 30 mai 2018  • 19h 30
  • Jeudi 31 mai 2018  • 19h 30

    Le Colombier

solo • 60 min • création

ENGLISH

Jule Flierl’s vocal dance performance STÖRLAUT is a futuristic and speculative new interpretation of Valeska Gert's "sound dances." Jule Flierl uses advanced vocal techniques to remix Valeska Gert's historically ground-breaking work into a poignant proposal for our time. Through squeaking, roaring, stuttering, yawning, and other forms of utterance, STÖRLAUT's solo dances question the expression of an authentic self and shatter the holistic body. Future corporeality will not make analogue sense – it moves in multiple directions at once.

Avec Störlaut – mot qui littéralement désigne « un son qui dérange » - Jule Flierl a choisi de se confronter à l’œuvre de Valeska Gert qui déclare être la première danseuse, à Berlin, à la fin des années 1920 à utiliser la voix sur les scènes occidentales, au moment où les femmes allemandes obtenaient le droit de vote dans la République de Weimar et où les films devenaient parlants, livrant une autre approche du corps.
Jule Flierl mobilise en effet la danse sonore comme une forme capable d’explorer des zones habitées par des indéterminations émotionnelles, et à rendre audible les limites de certains discours – discours pré-nazis d’hier, fake news et post-vérité d’aujourd’hui.
En se déployant sur plusieurs plateaux, comme autant d’estrades incarnant différents types de représentations – le socle de musée, la scène de concert, le comptoir de bistrot, le podium de discours... - alors que les spectateurs sont invités à circuler, elle offre un espace qui traverse les époques et fait dialoguer le passé et le présent, le mouvement et la voix.
Comme Valeska Gert en son temps, Jule Flierl prend en compte les technologies contemporaines et les changements qu’elles apportent : « Au cœur de mon intérêt pour les danses sonores, il y a la critique d’une fixation contemporaine aux images. Ma voix est une danse du larynx invisible et mon travail est un appel à écouter le monde au lieu de se focaliser sur les images ».
Avec cette pièce aux allures de solo de cabaret dans lequel elle joue différents rôles, la chorégraphe déploie ainsi une réflexion sur la résistance aux flux dominants.

Conception, chorégraphie, interprétation : Jule Flierl

Dramaturgie : Luise Meier

Décors : Pauline Brun

Création sonore : Sam Hertz

Costumes : Lea Kieffer

 

Production, lumières : David Eckelmann

Coproductions : Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis (France), Charleroi Danses (Belgique), P_Bodies Festival Leipzig, Kunsthaus KuLe (Allemagne)

Résidences : Sophiensaele (Allemagne), Honolulu, CN D – Centre national de la danse (France), Zagreb Dance Center (Croatie), Akademie der Künste Archiv (Allemagne)

Avec la participation du Fonds Transfabrik – Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant.

Avec le soutien du Goethe Institut – Paris.