Dorothea Tuch
Grèce/Allemagne

Kat Válastur

Rasp Your Soul

  • Samedi 9 juin 2018  • 19h
  • Dimanche 10 juin 2018  • 17h 30

    La Commune

solo • 70 min

ENGLISH

Kat Válastur presents this work introducing the series The Staggered Dances of Beauty. The performer enacts a contemporary mythological being. Inside an uncanny environment, he unleashes a series of kinetic monuments as altered codes of processed cultural signs. Ruins of language from capitalist digital culture transform into mantras that initiate precarious gestures, fading slang whispers, voice interruptions, molecular kinetics. The space becomes a field of tension between language and the visual connotations of fluid complex demands and input from the outside. Rasp Your Soul partly a dance piece, partly a choreographed concert, is a manifestation of the elusive. It builds up the narrative of a post-mythological space in which a humanoid with a “sensitive skin” makes us think about our flesh and bones.

Kat Válastur est une figure très remarquée sur l'effervescente scène berlinoise. Rasp Your Soul est sa plus récente pièce. Un solo. Elle y projette son ressenti du monde actuel, tel un portrait des émotions, une étude en réflexions. Or, c'est à un interprète masculin qu'elle a confié cette pensée en gestes. Ce qui n'a rien d'anodin : Rasp Your Soul œuvre tout entier sur un principe de mutation. Dans ce titre, on aura raison d'entendre aussi bien le râpeux de la matière, que la fine texture de l'esprit.

De silhouette acérée, travaillée en archétype d'une virilité incarnée, Enrico Ticconi est un danseur fascinant, collaborateur régulier de la chorégraphe. Une souplesse sans limite. Une expressivité perçante. Quoique sobre et tout en netteté, le répertoire gestuel de Rasp Your Soul paraît inépuisable, vaste agencement de fragments, d'ondulations en saccades, de louvoiements en mimiques, qui tiennent en haleine, au fil d'une patiente et dense composition du temps. On y ressent le sursaut de puissances mythologiques.

Les situations sont concrètes, les actions manifestes. Et pourtant tout de cela reste énigmatique, sans narrativité explicite, ni cause repérable. Dans un monde d'étrangeté actuelle, Kat Válastur fait éprouver les porosités, les fluctuations, les transitions. Un corps évidemment biologique se présente là. Mais une culture contemporaine le crible de ses impacts. Il faut y repenser une possible notion de beauté, à ce jour mise en crise. Aux prises avec un univers hyper-technologique et connecté, l'incarnation poétique de cette écriture atteint au comble du trouble et des retournements. Elle nous laisse, haletants, avec le goût physique des qualités de notre temps.


Conception, chorégraphie, script/articulations : Kat Válastur
Interprétation : Enrico Ticconi
Décors, sculpture : Leon Eixenberger
Création lumières et objets : Martin Beeretz
Création sonore, musique : Bryan Eubanks
Son additionnel : Kat Válastur
Assistant chorégraphie et production : Giulia Amici
Costumes : Kat Válastur
Assistant costumes : Sofia Vannini

Production : Kat Válastur
Coproductions : HAU Hebbel am Ufer (Allemagne), Onassis Cultural Foundation (Grèce), Theater Freiburg (Allemagne), Kunstencentrum STUK Leuven (Belgique), Stichting Châtel sur Place Amsterdam (Pays-Bas), Federal Government Commissioner for Culture and the Media (Allemagne)
Soutiens : Berlin Senate Department for Culture (Allemagne), Europe and NATIONAL PERFORMANCE NET (NPN)

Avec le soutien de TATWERK | Performative Forschung, Uferstudios, Tanzfabrik Berlin, et ada Studio.

Présenté dans le cadre de [DNA] Departures and Arrivals avec le soutien du Programme Culture de l’Union européenne.

Parcours de Kat Válastur

Kat Válastur, de son vrai nom Katerina Papageorgiou, née à Athènes, est une chorégraphe grecque basée à Berlin. Elle étudie la danse à la Hellenic School of Dance, puis, à partir de 2000, au Studio Trisha Brown, à New York. C'est en 2001 qu'elle crée la compagnie adLibdances. Au cours des années suivantes, sa recherche se tourne essentiellement autour du solo et de ses multiples facettes dans la chorégraphie. Elle s’installe à Berlin en 2007 afin de suivre le Master « Art en solo, danse et création ». Son solo What scratches the glass from the inside a été récompensé et intégré au programme Aerowaves de The Place, à Londres. En 2010, elle commence à travailler sur L’Odyssée d’Homère avec le dramaturge Nikos Flessas. Ce travail soulève alors des questions sur la façon dont l’épopée peut être reflétée dans la danse, ainsi que sur les relations entre les archétypes rencontrés entre la danse contemporaine et la société. Ses pièces ont été présentées en Europe : The Place (Londres), Athens and Epidaurus Festival, B Motion Festival (Bassano Del Grappa, Italie), Madrid en Danza, Tanz im August Festival (Berlin), Kalamata International Dance Festival, Springdance Festival (Utrecht), Hebbel-am-Ufer (Berlin), Hellerau Theatre, Tanzquartier (Vienne).