Stanislav Dobak
France / Belgique

Lara Barsacq

IDA don't cry me love

  • Mardi 16 juin 2020  • 20h

    Nouveau théâtre de Montreuil CDN - salle Jean-Pierre Vernant

trio • 65 minutes

Première en France

ENGLISH

In the beginning, there was Ida Rubinstein, legendary dancer of Les Ballets russes, muse of Serge Diaghilev, who created a sensation in Paris at the beginning of the 20th century through her charisma, beauty, and fiery presence.
In Salomé by Oscar Wilde, the dancer stripped off her costume - the famous dance of the seven veils! - And bared herself completely. Immediate triumph and reputation. Through this liberation and this provocative act, Ida Rubinstein entered into the history of dance. One century later, Lara Barsacq goes in search of the muse, who is a flawless source of inspiration for her. Blending the historical and trivial, the grandiose and absurd, personal memories and archives, Lara Barsacq composed an ode to freedom and to the protective figures who inspire energy and audacity.
It is a hymn to poetry and dance as an invention of the self.

 


Ida Rubinstein. Un si beau nom, chargé d'évocation ; mais souvent, sans qu'on en sache beaucoup plus. Lara Barsacq lève le voile sur cette artiste dont la Danse des sept voiles affola tout Paris. Ida Rubinstein, danseuse star des Ballets russes. Fascinante. Passionnée elle-même par les figures féminines insondables de la mythologie. Ida fortunée, voyageuse, mécène commandant des pièces à sa propre mesure – dont le Boléro, de Maurice Ravel (1928).

Ida mime et tragédienne. Mais aussi scandaleuse, renvoyée à la case psychiatrie, quand elle osa  incarner nue la Salomé d'Oscar Wilde. Aujourd'hui, cela vaut à IDA don't cry me love, la pièce de Lara Barsacq, de s'ouvrir sur un tableau magnifiquement insolite, délicieusement extravagant (qu'on ne divulgâchera pas plus). Danseuse et chorégraphe, Lara Barsacq touche également au chant et au théâtre. Ce croisement des talents, encore rehaussé par la vidéo et la peinture sur le plateau, renoue avec la profusion tumultueuse des Ballets russes, qui l'imprègne profondément.

Elle est arrière-petite nièce du peintre Léon Bakst, décorateur et costumier pour Serge Diaghilev, dont Ida Rubinstein était la muse. Sobre et scrupuleux dans sa visée documentaire, reconstituant ce que l’on peut comprendre de certaines danses aujourd'hui centenaires, le portrait brossé par Lara Barsacq est tout irisé d'imagination assumée. Comme d'humour distancé. En scène, deux autres danseuses l'accompagnent. Tant il est meilleur d'être plusieurs pour faire circuler les récits, issus d'une mémoire qui s'envisage comme construction sociale, collective. IDA don't cry me love fait scintiller les facettes innombrables d'Ida Rubinstein, icône de l'histoire de la danse au XXème siècle.

 

Conception, interprétation : Lara Barsacq, Marta Capaccioli, Marion Sage
Conseils artistiques : Gaël Santisteva
Scénographie et costumes : Sofie Durnez
Assistant accessoires : Ben Berkmoes
Lumières : Kurt Lefevre
Musiques : Nicolai Tcherepnin, Claude Debussy, Maurice Ravel,Snow Beard, Tim Coenen, Lara Barsacq, Gaël Santisteva


Remerciements à Kylie Walters, Caroline Godart, Joachim Latarget, Max Latarget, Sarah Vanhee, Emily Gayle, Sophie Perez, Boris Charmatz, Laura Aris, Julie Nicod, Delphine Michel, Vincent Sterpin, An Breugelmans, Seppe Brouckaert, Myriam Chekhemani et Quentin Legrand


Production : Gilbert & Stock
Coproductions : Charleroi danse - Centre Chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Les Brigittines (Belgique)
Résidences de création : La Raffinerie - Centre Chorégraphique de la Fédération Wallonie- Bruxelles, Les Brigittines, Grand Studio, Le Théâtre de Liège (Belgique), Honolulu (France)


Avec le soutien du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles — Service de la danse, Wallonie-Bruxelles International et Grand Studio (Belgique)

« Hors les murs_Constellations » avec la complicité du Centre Wallonie-Bruxelles/Paris, avec le soutien de Wallonie-Bruxelles international