StephaneBroc
Belgique

Louise Vanneste

atla

  • Samedi 25 mai 2019  • 18h
  • Samedi 25 mai 2019  • 19h 30
  • Dimanche 26 mai 2019  • 15h
  • Dimanche 26 mai 2019  • 18h

    MC93 – Bobigny

6 interprètes • 50 min • première en France

2 représentations par jour

 

 

ENGLISH

Between exhibition, installation and stage representation, atla is a choreographic wandering. Louise Vanneste eludes the frontal position and dives the audience into a greater privacy. The symmetry, the repetition and the dissimilar similarity are like the link between Robinson and Vendredi in Vendredi ou les limbes du pacifique of Michel Tournier, which is the principal inspiration of the work. Disruptive, the choreography paves the way to the imagination territory. It is an invitation to wander along a choreographic map, not totally abstract, not either real.

 

 

Ce que chorégraphie Louise Vanneste, c'est un espace tout entier. Avec ses vibrations, résonances et projections. C'est autre chose que seulement diriger des corps en déplacement. C'est plus. Plus profond. Et ouvert. Pour le spectateur d'atla, cela se joue en déambulation physique, parmi six interprètes, entre représentation et installation. Hors frontalité, une route s'ouvre dans le territoire de l'imaginaire.

 

La chorégraphe belge cite volontiers l'effet de la lecture : comment, à la seule source du travail de la langue, l'activation imaginaire tient d'une mise en mouvement. Au début, en filigrane du titre atla, on comprenait à travers les aulnes. Par les aulnes, on pensait à l'écrivain Michel Tournier. Atla ? Cela renvoie aussi à une ample géographie du monde. Alors, du même auteur, glissons vers cet autre chef d’œuvre : Vendredi ou les limbes du Pacifique.

 

Vingt-huit ans seul sur une île, de quelle sensualité solaire et cosmique, Robinson tisse-t-il son expérience extrême d'un rapport au monde qu'il lui faut recréer ? Vendredi le rejoint. Cette altérité humaine pourrait consacrer le grand retour à l'option civilisationnelle. Or non. À travers Vendredi, Robinson finira d'accepter l'appel d'un autre monde. Épousera cette île.

 

Atla n'est en aucun cas une transcription scénique du roman. Mais atla s'imprègne des résonances du temps et vibrations terrestres, leurs suggestions élémentaires, en tournoiement du vide et des espacements, qui permettent à la danse de déployer sa puissance d'aventure philosophique. Pourtant si près du geste.

 

 

Conception, chorégraphie et mise en espace : Louise Vanneste
Interprètes : Paula Almiron, Anton Dambrain, Amandine Laval, Elise Peroi, Gwendoline Robin,
Gabriel Schenker
Vidéo : Stéphane Broc
Musique : Cédric Dambrain
Scénographie et éclairage : Arnaud Gerniers assisté de Benjamin van Thiel
Regards extérieurs : Anja Röttgerkamp
Collaboration artistique : Emmanuelle Nizou
Voix off : Claude Schmitz et Amandine Laval
Régie générale : Yorrick Detroy

Production : Louise Vanneste / Rising Horses, DC&J Création. Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement Fédéral de Belgique et d’Inver Tax Shelter.
Coproductions : Charleroi danse, Kunstenfestivaldesarts, le Théâtre de Liège, les Halles de Schaerbeek (Belgique), Le Gymnase – CDCN Roubaix/Hauts-de-France. En partenariat avec La Bellone (Belgique). Avec le soutien de la Communauté Française et de Grand Studio.