Pierre Andreotti
France

Matthieu Barbin

Totemic Studies

  • Mardi 22 mai 2018  • 19h
  • Mercredi 23 mai 2018  • 19h
  • Jeudi 24 mai 2018  • 19h

    Centre national de la danse

solo • 50 min • création

 

Mardi 22 mai - COMPLET

ENGLISH

What would be my Totem? How to move the usual definition in my own perspective? In a device of representation, what feeds the stretched thread between a performative and social individual and a community of spectators? In Totemic Studies, Matthieu Barbin treats that troubled point in which the violence and the enjoyment of being gazed on, are intertwined. He embraces and de-constructs the categories of his visibility, treating the spectrum of his totem as a matter of images, figures and symbols. He swings between speeches, tackiness and vulgarity, solitary, forced or shared elaboration, carnal intensity, stories, and whispers. Twisting in all directions the dialectic of looking and being looked, he engages himself in a game of putting on/off and unveiling the layers of his constructions.

 

 

Matthieu Barbin en vient à signer son premier solo : Totemic Studies. L'artiste s'est passionné pour les rituels totémiques, qui imprègnent nombre de civilisations. Il s'est posé la question de leur faible présence dans le monde occidental. Cela au point de questionner en quoi pourrait consister sa propre construction totémique, dans ce contexte européen qui est le sien, où agir en artiste. Quelles valeurs ? Quels rejets ? Quels référents d'identité ? Par quelle aspiration, non close ?

Une tradition voit dans tout solo un souci d'autoportrait. Matthieu Barbin s'y projette tout autrement. Tout ailleurs. Dans un contact très incarné, engagé au plus près de ses spectateurs, il pointe la violence, toujours déjà présente, du regard posé sur l'artiste en représentation. Étrange société, qui assume la crudité pornographique, mais reconduit mille tabous et replie quand il faut aborder la complexité du désir, pourquoi pas prédateur, qui construit un regard. Dans la vie. Et plus fortement encore, dans une mise en spectacle.

Matthieu Barbin est allé chercher la force de sa pensée en actes, dans les parages des questions de performativité, de genre, ou encore dans la tension des cultures urbaines, qui portent haut le maniement du langage.  L'écriture de Jonathan Drillet, chevillée aux projets scéniques les plus contemporains, lui est une précieuse complicité. Assumant son propre geste à la première personne, il projette l'invention de lui-même, en quoi consistera son devenir en scène. Si ce mouvement tient d'une pensée indisciplinaire, il s'affranchit de la tentation facile d'en cultiver un quelconque cliché.

 

Conception, chorégraphie et performance : Matthieu Barbin
Textes : Jonathan Drillet
Espaces, objets scéniques : Célia Gondol, Alicia Zaton, Matthieu Barbin
Entrainement vocal : Dalila Kathir
Lumière : Fabrice Ollivier
Edit et mix : Fany Corral et Florent Frossard
Consulting musique : Fany Corral
Costumes: Marine Peyraud

Production : Fanny Virelizier / THE POST POST
Co-production : Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis / Pour cette pièce, Matthieu Barbin a reçu le soutien de la DRAC Île-de-France dans le cadre de l'aide au projet / Matthieu Barbin est lauréat du programme FoRTE de la région Île-de-France.
[Premiere] 2018 May 22, 23, 24 in CN D / Pantin

Remerciements : Pierre Andreotti, Felicia Atkinson, Greg Beller, Fany Corral, Sylvain Decloitre, Jonathan Drillet, Alix Eynaudi, Florent Frossard, Célia Gondol, Vincent Isnard, Dalila Kathir, Elise Ladoué, Adam Love, Fabrice Ollivier, Marine Peyraud, Jerome Pique, Bartolomé Sanson, Fanny Virelizier, Alicia Zaton.