Pierre Planchenault
Belgique

Meytal Blanaru

rain

  • Vendredi 13 novembre 2020  • 20h
  • Samedi 14 novembre 2020  • 20h

    L'Embarcadère

solo • 25 minutes

 

ENGLISH

In her new solo rain, Meytal Blanaru constructs a physical universe, a landscape of one body, drawing inspiration from a childhood memory that marked her life. She re-writes it and deconstructs the foundations of a memory, of her narrative. rain contemplates over the way we all carry our narratives with us, how we allow it to define us and to form us, and how it shapes our glance at the others and the world around us.

 

Meytal Blanaru le savait. Un moment particulier de son enfance avait affecté toute son existence, avait toujours habité ses actes de danseuse et chorégraphe. À présent, Meytal Blanaru compte parmi les personnes à qui la vague soulevée par #metoo a inspiré de rouvrir l'exploration des strates constitutives de leur personnalité. Il s'est agi d'affronter la question de s'être faite femme ; femme dans une société où cela signifie s'être faite objet par le regard des hommes. Dans rain, Meytal Blanaru a pris le parti d'envisager, en solo de manière directe, cette conscience activée dans le souvenir.

Pour s'y préparer, elle a consenti une année entière de pur travail de corps ; un travail préalable à la composition proprement dite de sa pièce. Comme nombre d'artistes de la danse, elle s'adonne assidûment à la pratique de la méthode Feldenkrais. Laquelle active des sensations inédites, et permet de déconstruire maints images et usages du corps, installés et irréfléchis. Des failles s'entrouvrent. C'est alors à même l'effectuation des mouvements que se révèle l'amorce de fictions.

Abordé de la sorte, un corps se démultiplie, dans un redéploiement imaginaire. Ces fictions sont celles des récits du corps, qui font autant récits de la personne. Notre passé nous traverse en tout temps et tout lieu, de même que notre mémoire façonne ce passé. Meytal Blanaru ne conçoit pas que sa performance en scène, dans l'intimité de la relation avec un public, ne pose pas avant tout un geste de sincérité. D'être. Pleinement présente, en conscience d'un passé en corps.  

 

Conception, chorégraphie, interprétation : Meytal Blanaru
Musique : Benjamin Sauzereau
Dramaturgie : Olivier Hespel

Production : Fathom High Asbl
Résidences : Les Brigittines, Centre d'Art contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles, Shanti Home, DanscentrumJette (Belgique), Catamon Dance Group (Israël)

« Hors les murs_Constellations » avec la complicité du Centre Wallonie-Bruxelles/Paris, avec le soutien de Wallonie-Bruxelles international