cieparc
France

Pierre Pontvianne

JANET ON THE ROOF

  • Samedi 15 juin 2019  • 19h
  • Dimanche 16 juin 2019  • 17h 30

    La Commune

solo • 50 min

ENGLISH

JANET ON THE ROOF is a long fall of one inexorable movement who deploys an infinity of images here, where all time and all space punctuate both the desire for change and the sense of an ending and plunges the audience into this interstice between a state of stupor and astonishment.
While what surprises us may be shocking, what is shocking surprises us no more.
The piece articulates, among other things, this erosion of our sensibilities.

Pierre Pontvianne avait déjà travaillé avec Marthe Krummenacher pour le duo Motifs. Il lui offre cette fois un solo dans lequel se déploient la précision et la force du chorégraphe ainsi que l'intensité, la technique et la sensibilité de son interprète.

Tout commence par un corps habillé de bleu qui apparaît face au public, immédiatement suivi du bruit d'une balle et de celui d'une douille qui tombe. Marthe Krummenacher entre en action, une action lente se déployant sur des notes égrenées au piano, et cache d'emblée son visage de ses cheveux. Cette collusion de la violence qui surgit et parfois même interrompt le déroulement de la pièce, plongeant la scène dans le noir, et de la danse qui se poursuit, immuable, étirant le temps, sera reconduite tout au long de JANET ON THE ROOF, jouant ainsi de ruptures franches qui opèrent des césures dans le fil continu du mouvement mais qui n'empêchent pourtant pas sa poursuite inexorable. Comme si cet entêtement dans le geste, qui se déplace et glisse sans cesse imperceptiblement, était le plus bel acte de résistance face à la brutalité qui guette, à la terreur qui peut faire à tout moment irruption.

JANET ON THE ROOF emmène à la fois dans un lointain intérieur, et dans un espace dans lequel il faut lutter, poings serrés, dos lumineux et tendu faisant front, têtu, comme la carapace d'un insecte. « Notre monde traverse des bascules puissantes bien que parfois imperceptibles. Je crois que la danse peut en témoigner. », dit Pierre Pontvianne. Et effectivement, le corps de Marthe Krummenacher, en tension, travaille la limite, à la fois en lutte et étrangement serein.

Hypnotique, épuré, ce solo affirme la puissance et la poésie de la danse face au chaos du monde.

 

 

Chorégraphie : Pierre Pontvianne

Interprétation : Marthe Krummenacher

Conception sonore : Pierre Pontvianne

Lumières : Valérie Colas

Costumes : Janet Crowe

Décors : Pierre Treille

Regard extérieur : David Mambouch


Résidences et coproductions : CCN / Ballet de l’Opéra National du Rhin, CCN Rillieux-la-Pape
Résidences : Le Pacifique CDCN Grenoble, Maison de la Culture Le Corbusier, ADC Genève, RAMDAM - UN CENTRE D'ART

En 2018-2019, la Compagnie PARC est associée au Dôme Théâtre d’Albertville. La compagnie PARC est partenaire de RAMDAM - UN CENTRE D'ART. Elle est conventionnée par la Ville de Saint-Étienne (Aide au rayonnement 2016-2018), avec le soutien du Département Loire (Aide à la structuration 2018-2020) et soutenue par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes (Aide à la structuration 2017-2018).