Giulia Di Vitantonio
Iran

Sina Saberi

Damnoosh

  • Mercredi 22 mai 2019  • 20h
  • Jeudi 23 mai 2019  • 20h

    La Dynamo de Banlieues Bleues

solo • 50 min

ENGLISH

Damnoosh is created out of a need for oneness. It’s an invitation to presence in frame of an alternative performance that brings Naqqali (story-telling), poetry, music & people together to communicate dance through a simple act of making tea.

 

 

En 2017, l’Iranien Sina Saberi était venu présenter Prelude to Persian Mysteries aux Rencontres chorégraphiques. Dans ce solo mystérieux, il était déjà question de la manière de faire de la danse dans un pays où celle-ci a été occultée pendant de nombreuses années par le pouvoir – la révolution iranienne de 1979 l'a condamnée et ce n’est que depuis peu qu’elle est parfois autorisée.

Avec Damnoosh, il poursuit cette exploration, sur le mode d'une performance dans laquelle il invite le public à découvrir le rituel du « damnoosh ». Mêlant poésie, musique et « naqqali » - forme ancienne de représentation théâtrale dans laquelle le conteur raconte des histoires en vers ou en prose tout en faisant des gestes et des mouvements -, il invite à la préparation d'un thé fabriqué à partir de sept herbes de différents endroits d'Iran choisis pour lui permettre de relater soit un récit personnel, soit une part de la grande Histoire, le plus souvent liés à la trajectoire de la danse en Iran.

Dans ce dispositif à la fois très simple et très quotidien, ce qui tient lieu de danse est son évocation, notamment à travers la figure d’une grand-mère dont le chorégraphe convoque à plusieurs reprises le souvenir. Quelques gestes d’une danse qu’elle pratiquait esquissés, quelques paroles remémorées, incarnent le passé et les trous de mémoire d’un pays. Plutôt que de vouloir à toute force les combler, celui-ci préfère les offrir en partage. À la fois leçon de choses et de géographie, jeu sur les représentations et les stéréotypes – il s’amuse à brouiller les images que l’on peut avoir de l’Iran en Occident – Damnoosh offre une pièce joueuse, ironique et tendre qui interroge l’air de rien la place du passé et la manière de lui redonner vie.

 

 

Conception : Sina Saberi

Musique : Mohammadreza Shajarian & Mohammad Alizadeh mixé par Farbod Maeen

Création costumes : Lida Noba

Création lumières : Ali Kouzehgar


Soutiens : MaHa Collective (Iran), Maqamat Dance Theater (Liban)