©TAIWAN / National Performing Arts Center-National Theater & Concert Hall / Photo Lee Chia-Yeh
Taïwan

Yu-Ju LIN

Sponge

  • Vendredi 25 mai 2018  • 20h
  • Samedi 26 mai 2018  • 20h
  • Dimanche 27 mai 2018  • 17h

    Le Colombier

solo • 25 min

ENGLISH

“ I remember a teacher of my childhood often said “I hope you can learn like sponges, absorbing, then discharging what you absorb, absorbing again and discharging, continuously repeating the process...” Recently, I visited a very intimate friend and saw how Do-do, the newborn of their family, brings them long-forgotten laughter and spirit. I was moved by this soft impact which peacefully slid in after the chaos, and before the strength. Occasionally, Do-do is also like the sponge, waiting standstill for osmosis and change to take place.

This is a transition from one thing to another, a story told from collapse to reconstruction represented via body language.” Yu-Ju Lin.

Yu-Ju Lin se souvient que lorsqu'elle était enfant, un de ses professeurs répétait souvent « J'espère que vous pouvez apprendre comme des éponges, absorber et ensuite vous décharger de ce que vous avez absorbé pour pouvoir encore absorber. ». Plus tard, elle réalisa que l'éponge est un organisme qui n'a pas de système nerveux, circulaire ou digestif : il a besoin que l'eau de mer circule dans son corps pour y apporter de la nourriture et le débarrasser des déchets. Plus récemment, elle se fit la réflexion que les nouveau-nés étaient proches de cet état.
C'est à un exercice de cette nature qu'elle se livre avec son solo, laissant son corps être traversé de mouvements, d'ondes, porté par les sons qui l'environnent.
Tout commence dans le noir, d'où surgissent des bruits et une musique étranges, quelque chose d'un monde enfoui. Quand le corps apparaît enfin, c'est par bribes, avant que l'on ne distingue une silhouette aux longs cheveux noirs, vêtue d'une chemise de nuit blanche. Elle tourne sur elle-même, semblant guetter d'où vient cette présence sonore. Son visage sort de l'ombre, aux aguets lui aussi. Car ici le corps est tout entier saisi par les bruits qui l'entourent. Il s'agite en réaction, secoué de mouvements compulsifs et nerveux, obéissant à une force extérieure qui lui échappe, personnifiée par la bande-son, qui, lorsqu'elle reflux, offre des pauses dans la gestuelle.
Avec une virtuosité et une expressivité saisissante, elle livre un solo habité, à fleur de peau, qui expose le corps comme une caisse de résonance à ce qui l'entoure, tâtonnant dans l'obscurité pour apprivoiser l'espace, tendant ses membres comme s'ils étaient des capteurs : telle une éponge, qui absorbe et se gonfle avant de reprendre forme.

Chorégraphie, interprétation : Yu-Ju LIN
Création lumières : Tien-Hung WANG
Création sonore : Jia-Wei HSU
Costumes : Chien-Wei WU, ZEIGARNIQ
Conseil en visuel : Geng-Hwa CHANG

 

Soutien : National Culture and Arts Foundation (Taïwan)

Cette pièce est une commande du National Performing Arts Center - National Theater & Concert Hall (Taïwan).