Dispositif la Culture et l’Art au Collège

Ecouter la danse

NOTE D’INTENTION

« ‘‘The New Number Order’‘ est la réunion de trois vecteurs, deux danseuses et une musique qui produisent une même énergie, séparément ou en relais. J’ai choisi le groupe américain Shellac pour leur son, leur énergie très singulière, la complexité rythmique de leurs morceaux pour composer une danse résistante, radicale et déterminée à exister.
Cette pièce n’est ni un solo ni un duo, c’est une paire, une scène partagée, un relais d‘énergie, un ping-pong, un double, un miroir déformant, un écho… Une battle ? Deux corps très féminins sur, dans, contre, avec, à côté, face à une musique très masculine. Avec une utopie : chaque corps pris comme un instrument, avec ses possibilités physiques et techniques, ses outils et ses qualités bruts, sans effet spéciaux, et si possible sans état d’âme.

Shellac - guitare, basse, batterie- est parfois catégorisé comme appartenant au style mathrock. Ce terme s’applique à certaines formes de rock expérimental qui ont émergées vers la fin des années 80 et dont la principale caractéristique est la complexité des rythmes ainsi que l’enchaînement et la mise en place des mélodies souvent dissonantes.
Il résonne encore plus pour moi à l’écoute du morceau ‘‘New Number Order’’ dont les paroles redéfinissent l’ordre des nombres. Il conforte mon désir et mon trouble pour cette musique, les états qu’elle provoque. Elle me suggère l’écriture d’une mathdanse, jonglant sur le rythme, l’ordre et le désordre, la soumission du mouvement à un ordre quel qu’il soit. Politique, historique, moral ou autre. »

Anabelle Pulcini

CONTENU

Le projet « Écouter la danse » propose aux élèves de découvrir les thématiques qu’explore l’artiste chorégraphique Annabelle Pulcini dans sa prochaine pièce « The New Number One » et notamment les relations que peut entretenir la danse avec la musique, en l’occurrence la musique « Noise », musique atmosphérique exploitée pour ce nouveau travail. Par ailleurs, il s’agit pour les élèves d’appréhender les différentes formes de langages qui participent à la construction d’une matière chorégraphique.
En écho au processus de création, les ateliers chorégraphiques s’articulent autour de trois axes principaux. Dans un premier temps le rythme, les élèves interrogeront à travers le mouvement des notions relatives à la dissonance, à la répétition mais aussi au silence comme créateur de rythmes. Dans un second temps la transcription, les élèves exploreront les questions liées à la traçabilité en danse, par le dessin, la photo ou encore la partition graphique. Enfin, les élèves exploreront le mouvement dansé sous différents prismes, en lien avec les interrogations que se posent la chorégraphe. L’accent sera mis sur la relation entre la danse et la musique avec la recherche de la musicalité du mouvement comme son caractère expressif.

BIOGRAPHIE D’ANNABELLE PULCINI

Née en 1970, Annabelle Pulcini étudie la danse et la guitare classique à Bourg-en-Bresse et à Lyon dès son plus jeune âge. A l’adolescence, elle s’engage dans la voie chorégraphique au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse -CNSMD- de Lyon avant d’entrer dans la Compagnie Dominique Bagouet en 1990 à Montpellier. Elle y rencontre des artistes tels qu’Olivia Grandville, Catherine Legrand, Sylvain Prunenec avec qui elle collaborera plusieurs fois comme interprète ou assistante. Installée à Paris en 1993 elle poursuit sa trajectoire avec Loïc Touzé, Latifa Laabissi, Alain Michard, Jennifer Lacey, Vincent Dupont, Mille Plateaux Associés, Hélène Iratchet ou encore Boris Charmatz. En 2017-2018 elle interprète une version féminine de « Jours Etranges » de Dominique Bagouet, recrée par Catherine Legrand et joue dans le concert chorégraphié « OAM » de Dominique Jegou et Olivier Sens.
À partir de 1997, Annabelle Pulcini chorégraphie et interprète de nombreuses pièces. Elle s’intéresse à la pédagogie et à la transmission dès le début de sa carrière. Elle enseigne régulièrement auprès d’un large public dans les écoles, en conservatoire, au Centre National de Danse Contemporaine -CNDC- d’Angers, dans le cadre de l’entrainement régulier du danseur au Centre National de la Danse -CN D- à Pantin et à la Ménagerie de Verre à Paris, ou encore, auprès des danseurs de la Compagnie Philippe Découflé.
Depuis 2007, elle étudie et pratique la fasciathérapie et la pédagogie perceptive. Elle poursuit à travers cette méthode ses réflexions sur le corps et le mouvement, en lien avec le spectacle vivant et l’art chorégraphique.
En 2014, elle obtient le certificat d’aptitude aux fonctions de professeur de danse contemporaine.

PARTENARIATS ET FINANCEMENT
Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
Mission Culture et Art au Collège (Département de la Seine-Saint-Denis)