Projet d’établissement

No(s) Limit(es)

NOTE D’INTENTION

« Concernée depuis toujours par la question du handicap, il me semble naturel voire indispensable de proposer des activités culturelles, artistiques et/ ou physiques à ces publics qui se trouvent déjà dans des situations d’isolement et de frustration importante. Selon moi, la danse ici n’intervient pas tant comme une thérapie mais plutôt comme un moyen d’être ensemble, de se mettre en lien avec l’autre en passant d’abord par la relation à son propre corps, à l’espace et aux sons qui nous entourent qu’ils soient à l’état brut ou créés dans un contexte de mise en scène.
Au-delà d’une réelle envie d’aller vers ces jeunes et de comprendre ce qu’ils ont envie ou besoin d’exprimer avec et autour du corps, c’est une façon pour moi de leur montrer qu’ils sont capables de produire des choses intéressantes et d’y prendre du plaisir. Leur donner autant que faire se peut une confiance en eux et dans les autres, leur proposer une activité à laquelle ils ont accès comme tout un chacun, avec un niveau d’exigence en rapport avec leurs possibilités, qu’ils sous-estiment dans la plupart des cas.Les emmener plus loin que ce qu’ils croient être capables de faire, apprendre à faire ensemble, en prenant l’autre et le groupe en considération, prendre des chemins détournés pour leur faire réaliser des mouvements qu’ils ne pourraient effectuer dans leur quotidien et de toutes ces façons, leur apporter du mieux-être et je l’espère, de la joie. »

Vicky Gaspar

CONTENU

Le projet a pour point de départ l’envie de parler des limites, des barrières que l’humain ne cesse d’ériger : barrières entre les personnes, entre personnes différentes, entre quartiers, entre pays, entre les diverses couches sociales. Pourquoi ce besoin sans cesse renouvelé de séparer, trier les personnes suivant des catégories bien définies alors que nous sommes tous si semblables, avec les mêmes envies : celle de profiter de la vie qui nous est donnée sur cette Terre, avec tout ce qu’elle comporte de beauté mais aussi d’épreuves à surmonter, sans jamais oublier la chance que nous avons d’être là, ensemble.
Ces mêmes limites que nous nous imposons également à nous même, lorsque nous ne nous croyons pas capables de dépasser certaines difficultés ou contraintes que l’on se voit imposer. Dans le cas de ces jeunes pour qui les contraintes au quotidien sont nombreuses et importantes, cet atelier existe avant tout pour leur offrir une parenthèse.
Ici chacun, sur un thème ou une consigne donnée, s’exprime avec son corps en suivant ses propres limites, s’appuyant sur ses possibilités pour entrer en danse avec l’autre. Ce qui nous amène à oublier ce corps contraint, à dépasser les limites de son corps pour aller à la rencontre de corps autres, pour sortir des habitudes et des carcans et s’aventurer plus loin, vers l’espace extérieur, vers ce qui n’est pas soi, que ce soit de manière physique, ou bien  simplement par un regard, une intention, une attention portée plus loin, ailleurs. C’est à ce moment que les limites s’effacent pour un espace, un temps, un moment où l’on forme ensemble un tout dans la plus belle des harmonies. Il faudra cependant ne pas oublier l’utilité de ces limites, qui sont aussi là pour nous protéger lorsque le besoin s’en fait sentir et combien il est nécessaire pour chacun d’entre nous de pouvoir les retrouver lorsqu’on le souhaite. En matérialisant différentes zones sur le plateau, à l’aide d’effets de lumières ou d’objets sur scène, comme des fils ou cordes posées au sol et délimitant l’espace de chacun. En jouant sur l’alternance et les contrastes entre mouvements proches de soi, mouvements projetés,
En jouant sur les transitions sonores. En créant avec le groupe des barrières physiques ou humaines… Ce thème est très inspirant, et suffisamment riche pour explorer un grand nombre de pistes de créations et d’occasions de partager, presque…SANS LIMITES

BIOGRAPHIE DE VICKY GASPAR

Dansant depuis son plus jeune âge, c’est naturellement qu’elle se dirige vers l’enseignement de la danse et obtient son Diplôme d’Etat au sein des Rencontres Internationales de Danse Contemporaine. Curieuse et cherchant à partager au maximum autour de sa pratique, elle s’inscrit dans de nombreux projets de création, parfois sur des thématiques et dans des lieux atypiques car son intérêt est d’aller chercher et amener la danse là où on ne l’attend pas. C’est pourquoi depuis déjà une quinzaine d’années elle propose des ateliers de danse à des populations pour lesquelles l’offre d’activités artistiques reste trop rare, parfois inexistante : public en situation de handicap, habitants des quartiers dits difficiles, migrants…
Aujourd’hui elle se plaît à partager son temps entre un enseignement plus académique et la création d’ateliers spécifiques qui se font et se développent au gré des rencontres, le fil conducteur entre ces différents projets étant de répondre à la même exigence créative, artistique et pédagogique, quel qu’en soit le public.

PARTENARIATS ET FINANCEMENTS

Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
L’Orangerie - Maison d’accueil spécialisée (MAS) & Foyer d’accueil médicalisé (FAM)