Dispositif résidence in situ - Département de la seine-saint-Denis

Résidence in situ

NOTE D’INTENTION

«Quand j’interviens auprès d’un groupe d’adolescents, ce qui m’importe en premier lieu est de savoir à qui j’ai affaire. Je les observe dans différentes situations de jeu et de vie.
Comment se comportent-ils entre eux, vis à vis d’eux même et des adultes qui les encadrent ?
Comment bougent-ils, quels sont leurs complexes, leurs forces ?
Ce qu’ils écoutent comme musique, ce qu’ils ont à raconter, la manière dont ils parlent, rigolent etc...
Tout m’intéresse comme un anthropologue d’une population adolescente troublée par le passage à l’âge adulte et à fortiori à la maturité. Cette observation et la mise en mouvement de ce qu’ils sont me donnent la matière d’une écriture scénique et chorégraphique que j’entreprends avec eux.
Ce que je retiens des rencontres avec les adolescents est l’attachement instantané ressenti pour eux mais aussi de la violence de ce qu’ils vivent profondément (honte, amour, stupeur, tristesse etc..) témoignant de l’étrangeté des transformations physiques et psychiques qu’ils subissent»  

Thomas Chopin

CONTENU

L’adolescence est une période d’expérimentations, de vives émotions, de prise de risques mais qui ne s’exprime que rarement hors du « cercle ». L’intention des ateliers artistiques est de donner la parole aux corps et de le partager aux autres sur une scène de façon à traduire les émotions, les non dits, les rêves et prises de risque des adolescents. Les thèmes (la révolte, la gestion des émotions, la présentation de soi, les challenges, les complexes...) et les disciplines spectaculaires (danse, théâtre, clown...) de la Cie L’Infini Turbulent seront abordés avec les élèves pour aboutir à une création chorégraphique. La danse permettra d’aborder le rapport au corps, au contact et à la pudeur, le clown et le théâtre de retranscrire de manière symbolique ou stylisé les états et les complexes de chacun.  La notion de prise de risque sera abordée par le fait de se mettre en scène et de jeter son corps dans la bataille, pousser les limites du corps, son endurance, sa vélocité mais aussi dépasser ses inhibitions. Tout au long de la résidence, les élèves suivront le processus de travail de la compagnie en position d’observateur, de spectateur, et d’acteur pour aboutir in fine, à leur propre création.

BIOGRAPHIE DE THOMAS CHOPIN

Thomas Chopin est angevin et montreuillois. Après des études à la Faculté de Sciences Humaines de Nantes et une pratique acharnée de la glisse et du cirque, il se forme au théâtre, au clown et à la danse contemporaine (Théâtre Universitaire de Nantes, école Le Samovar). Il co-fonde et dirige la compagnie L’intestine avec Laëtitia Angot de 2001 à 2003. Ils créent des pièces chorégraphiques et burlesques : « On ne peut pas s’en défaire », « Un jour tout ira mieux » et « On verra demain ». En 2011, il créé la compagnie L’infini Turbulent, puis la pièce « Ordalie » en 2014 au Centre de Développement Chorégraphique (CDC) de Roubaix et au festival Les Incandescences à Montreuil. Depuis longtemps, il trace un parcours d’interprète en parallèle de ses créations. Il danse notamment pour Nasser Martin-Gousset et Karine Pontiès. En cirque, il participe aux expérimentations de Camille Boitel et en rue à la pièce de Philippe Ménard et Alexandre Pavlatta « Homo Sapiens Burocraticus ». Au théâtre, il interprète divers rôles issus du répertoire shakespearien, mais aussi des pièces d’Eudes Labrusse et R. W. Fassbinder. Au cinéma, il joue dans « Avalez les couleuvres » de Dominique Perrier et « Polichinelle » de David Braun. À l’Opéra de Paris, il danse sous la direction d’Otto Pichler dans « La Walkyrie » et « Siegfried » de Wagner, Athol Farmer dans « Eugène Onéguine » de Tchaïkovski et Luca Masala dans « Faust » de Fénelon.

PARTENARIATS ET FINANCEMENT

Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis
Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis